Version imprimable

Current Size: 100%

Actualités

LE SDIS SE FÉMINISE GRÂCE À LA MISSION UNIQUE

Jeudi 8 mars 2018

Aujourd'hui, 8 mars, nous fêtons la journée de la femme. Elles sont 480 sapeurs-pompiers, parmi lesquelles 404 volontaires et 4 professionnelles, à œuvrer quotidiennement au sein du SDIS 17.

En 2016, la mission unique a été mise en place pour soutenir le recrutement. Elle permet aux citoyens qui s’engagent comme volontaires de choisir de réaliser exclusivement des missions de secours à personne : interventions auprès de personnes malades, blessées, intoxiquées, noyées ou victimes d’accidents, qui représentent la majeure partie des interventions des sapeurs-pompiers.

En l’absence d’intervention sur les incendies, les critères de recrutement et le parcours de formation sont adaptés et moins contraignants, élargissant ainsi le vivier de candidats. C’est cette option qui a convaincu Séverine, Élodie et Clotilde de s’engager. Et portées par les encouragements de leurs collègues, deux d’entre elles ont ensuite choisi de se former, pas à pas, pour intervenir également sur des incendies. Découvrez leurs parcours ci-dessous.

 

Sapeure 1ère classe Séverine Ribeyrol
Centre d'incendie et de secours de Montlieu-la-Garde

Après avoir longtemps rêvé de devenir secouriste, Séverine, 37 ans, a passé le pas en 2016. Cette ergothérapeute de métier, maman de deux enfants, avait très à cœur de soigner ses concitoyens dans un contexte d’urgence. Si le monde du soin, lui est connu, celui de l’incendie, lui est en revanche étranger. Elle craint alors de ne pas être physiquement à la hauteur pour ce type de missions.

La mise en place de la mission unique lui a permis de s’engager en tant que sapeur-pompier volontaire en août 2016. Après avoir participé à une manœuvre incendie en caserne, elle décide, poussée par ses collègues, de se former en avril et juin dernier aux missions incendie. Elle a effectué ses premières missions de lutte contre l’incendie ces derniers mois.

L’engagement de sapeur-pompier volontaire m’a permis de dépasser mes limites et de découvrir un nouvel univers où la cohésion de groupe règne. Je remercie chaleureusement mon mari et les sous-officiers de la caserne qui ont toujours cru en moi et m’ont poussé à réaliser ce rêve.

Sapeure 1ère classe Clotilde Parpay
Centre d'incendie et de secours de La Ronde

Clotilde, 21 ans, est auxiliaire de puériculture à l’hôpital de Rochefort. Toute petite déjà elle demandait à son père, volontaire et chef de centre, de lui apprendre les premiers gestes de secours. La jeune fille a cependant attendu d’avoir obtenu son baccalauréat et son permis de conduire avant de s’engager en tant que volontaire en 2015. Du fait de sa mauvaise vue, elle est déclarée inapte pour l’incendie. Toujours très motivée par la perspective d’intégrer les sapeurs-pompiers, elle s’engage alors sur des missions de secours d’urgence aux personnes (SUAP) et des missions diverses (DIV : fuites de gaz, d'eau, risque électrique, inondations, chutes d'abres et de matériaux...).

Mon engagement de volontaire, je le vis comme une passion. Cette activité, complémentaire à mon métier, m’a beaucoup appris sur le secours d’urgence. Pénétrer dans l’intimité des gens, trouver les bons mots et les bonnes attitudes pour leur venir en aide, les rassurer, c’est un challenge passionnant à relever au quotidien. Je souhaite que cet engagement se poursuive longtemps.

Sapeure 1ère classe Élodie Boyer
Centre d'incendie et de secours de Boucefranc-le-Chapus

C’est lors d’un stage de découverte du métier d’ambulancier qu’Élodie, 29 ans s’initie au secours d’urgence. Cette coiffeuse de formation, maman de 2 enfants accroche tout de suite avec cet univers. A tel point que, face à son enthousiasme, un de ses collègues sapeur-pompier lui conseille alors de s’engager en tant que volontaire. A l’époque, en 2016, elle pense ne pas avoir une assez bonne condition physique pour intervenir sur des incendies et décide de s’engager en mission unique.

Après s’être formée à intervenir sur des missions de secours à personne et des opérations diverses, ses premières gardes confirment son engouement pour cette activité. Dans le cadre de la vie de caserne, elle participe à de nombreuses séances de sport et améliore ses capacités physiques. Puis ses collègues lui proposent de participer à des manœuvres incendie avec port de l’appareil respiratoire isolant (ARI) et progression en environnement enfumé. Ces expériences lui plaisent et l’encouragent à s’inscrire aux formations incendie en avril et en septembre 2017. Cette année, elle prévoit même de compléter son parcours de formation pour intervenir sur des feux de forêt.

Etre une femme dans un milieu d’hommes, ça demande beaucoup de volonté et de motivation. C’est très positif, ça pousse à donner le meilleur de soi-même. Et une fois ses preuves faites, les sapeurs-pompiers deviennent une deuxième famille. Le volontariat m’apporte une ouverture sur les autres et un fort sentiment de satisfaction à l’idée de leur venir en aide. Récemment, notre centre est intervenu sur une intervention de secours à personne où le bilan humain aurait pu être lourd. Nos actions ont permis de sauver plusieurs vies. Dans ces moments-là, on ressent pleinement le bénéfice de son engagement.

 

Intéressé(e) par l'engagement de sapeur-pompier volontaire ?

Pour plus d'informations, contactez notre service volontariat par mail : volontariat@sdis17.fr

Dernières interventions

Samedi 20 octobre 2018

Accident de la circulation à Echebrune

Samedi 06 octobre 2018

Feu d'entrepôt à Saintes

Fil rouge, l'actualité du SDIS 17

Vendredi 9 novembre 2018

Résultats concours sapeur-pompier professionnel